Tënk, première plateforme de vidéo à la demande sur abonnement entièrement dédiée au documentaire d’auteur: interview

16/09/2016

Interview de Hugo Massa, chargé de communication chez Tënk, première plateforme de vidéo à la demande sur abonnement (SVOD) entièrement dédiée au documentaire d’auteur.

1) « Tënk » c'est quoi et ça veut dire quoi ?

C’est un emprunt au wolof, la langue dominante au Sénégal, qui signifie « résume moi ta pensée » ou « énonce ta pensée de façon claire et précise ». Nous sommes un projet ardéchois, basé dans le petit village de Lussas que beaucoup connaissent pour ses Etats généraux du film documentaire qui ont lieu chaque année fin août, mais depuis lequel nous entretenons des relations dans le monde entier. C’est notamment le cas avec l’Afrique de l’Ouest, d’où cet emprunt au wolof pour nommer notre plateforme de SVOD dédiée au documentaire d’auteur.

2) Pourquoi devrait-on aller sur votre plateforme VOD ?

Pour y voir d’autres façons de vivre, de regarder et de raconter le monde. Les documentaires servis à la télévision remplissent un rôle, d’information principalement, mais ne permettent pas de saisir la pluralité des expériences humaines, des regards, des points de vue. Nous, nous défendons l’idée selon laquelle la forme est une vision du monde. Nos documentaires ne sont pas formatés comme peuvent l’être ceux des grandes chaines, ce sont des documentaires d’auteurs, c’est-à-dire qu’ils proposent des points de vue originaux, où la subjectivité est souvent assumée, loin des grands récits prétendument objectifs portés par une voix off.

TËNK | Bande-annonce 2016 from Tënk on Vimeo.

3) A qui s'adresse Tënk et combien ça coûte ?

Tënk s’adresse à tous ! Le documentaire d’auteur est souvent méconnu ; il ne fait certes pas partie des habitudes de visionnage de tout le monde. Mais c’est un cinéma de l’humain, qui s’adresse à la curiosité et à la sensibilité. Plus précisément, Tënk s’adresse au public du cinéma d’auteur qui ne connaîtrait pas son pendant documentaire, aux cinéphiles de tout bord, aux désenchantés de l’information qui cherchent d’autres façons de connaître le monde…
Tënk fonctionne sur abonnement, avec une formule à l’année (60€/an) ou par mois sans engagement (6€/mois). Pour notre lancement, le premier mois est à 1€.

4) Quels sont les avantages que vous avez trouvé à travailler avec Kinow à la conception de cette plateforme ?

Tënk est un projet parti de peu, il y a un peu plus d’un an de cela. Nous avions avec nous la connaissance du documentaire, le réseau, des idées de fonctionnement et de programmation. Kinow nous a apporté la solution clé en main qui manquait à l’édifice. Les services proposés (hébergement, développement multi support, offre e-commerce) ont été essentiels mais c’est surtout la flexibilité démontrée au cours de notre collaboration qui a permis de faire de Tënk ce qu’il est aujourd’hui. Nos échanges ont permis d’affiner la proposition SVOD, de personnaliser le graphisme à notre convenance, et d’ajuster une myriade de petits détails pour être au plus près de notre vision.

Tënk équipe

5) Imaginez-vous proposer autre chose que des documentaires à l’avenir ?

Non, Tënk est et restera la plateforme SVOD du documentaire d’auteur. Ce qui est possible en revanche, c’est qu’en plus d’être diffuseur, Tënk pourrait s’imposer dans un avenir assez proche comme producteur ou co-producteur de films.

6) Envisagez-vous de conquérir un public à l'international ?

Tënk est déjà accessible dans toute l’Europe francophone (Suisse, Belgique, Luxembourg, France). Une limite territoriale qui tient principalement à la nature des droits négociés pour chaque film. L’ambition est cependant de devenir un média aussi global qu’internet le permet ! Ça se fera inévitablement par étape, une fois que nous aurons conquis notre public actuel. Parmi les territoires sur lesquels nous lorgnons pour notre prochaine expansion : le reste de l’Europe, les pays de la francophonie, le Canada…

7) Un documentaire favori ?

Question difficile ! Je suis assez fasciné par le cinéma de Nikolaus Geyrhalter, un réalisateur autrichien. Dans Notre pain quotidien (2006), disponible sur Tënk jusqu’au 23 septembre, par exemple, il explore le monde de l’agroalimentaire de territoire en territoire, sans commentaire, à partir de simples plans fixes. La symétrie et la répétition des plans suggèrent bien l’inhumanité des conditions qu’il nous montre, leur uniformité. C’est un classique du genre, que nous avons programmé sur notre plage Coup de Cœur et que tout le monde devrait voir selon moi.

Merci pour ton temps Hugo. Nous suivons de très près la sortie de vos prochains documentaires sur la plateforme Tënk !