Le marché de la SVOD : leader VS challenger… qui va se démarquer ?

24/02/2020

Aujourd’hui, en France, les équipements numériques sont de plus en plus présents dans les foyers : chacun possède en moyenne entre 6 et 7 écrans. Sur le web, la vidéo est devenue incontournable et occupe une place de choix dans la navigation des internautes : chaque jour, 23,7 millions de personnes surfent sur les sites et applications de TV, vidéo et SVOD.

En 2019, 17,3 millions de Français ont regardé au moins un programme sur une plateforme de SVOD. La plateforme Netflix reste en tête de liste avec 4 SVODistes sur 5 qui l’ont utilisée durant les 12 derniers mois. Elle est devenue la 5ème « chaîne de télévision » en France en termes d’audience. Il est donc intéressant de constater que la SVOD détient une place de plus en plus importante au sein des foyers, notamment grâce à l’ergonomie des plateformes ainsi qu’à la qualité et la quantité des contenus proposés.

De plus, les SVODistes sont abonnés en moyenne à 1,3 plateformes*. En effet, la souplesse de souscription (1er mois gratuit) et les multiples offres d’abonnement, amènent les utilisateurs à s’inscrire à différents comptes. Si plusieurs combinaisons existent, Netflix est tout de même bien souvent cité : respectivement 61% et 58% des abonnés à Canal+ Séries et à Amazon Prime Video regardent également des contenus sur Netflix.

SVOD : un phénomène visiblement durable en France

8,4 sur 10 : c’est la note que les SVODistes attribuent à leurs plateformes vidéo*. D’ailleurs, la plupart d’entre eux souhaitent poursuivre leur abonnement et certains envisagent même de souscrire à un deuxième service de SVOD. 

Du côté des non-souscripteurs, c’est près de 3 millions d’internautes qui songent à s’abonner à ce type de services prochainement. Tandis que, 1 internaute sur 3 va suivre avec attention la sortie d’au moins une des nouvelles plateformes, Disney+ en tête.

Les nouveaux arrivants tels que Apple TV+ et l’arrivée prochaine sur le marché de Salto, Peacock… Risquent de modifier l’équilibre actuel.Face à ces nouveaux entrants, les plateformes existantes optent pour de nouvelles stratégies ; par exemple, Netflix mise à présent sur les séries dont la première saison a été très regardée.

D.A.W.N. : une nouvelle ère de streaming

Le marché américain du streaming est totalement bouleversé par l’entrée de Disney+, Apple TV+, HBO Max (le streamer de WarnerMedia) et Peacock (le streamer de NBC Universal), qui est pour l’instant détenu par les géants Netflix, Amazon Prime Video et Hulu.

Les lancements de ces nouveaux acteurs, qui ont commencé pour certains fin 2019, définissent l’aube d’une nouvelle ère : Netflix fait aujourd'hui face à des nouveaux entrants aux ambitions affichées, où chacun dépense des milliards en contenus pour attirer des abonnés. Mais tout le monde ne survivra pas…

Disney+ avait annoncé des détails clés à son sujet en avril 2019, tels que sa gamme de contenu et son prix. Apple TV+, quant à elle, a révélé en mars 2019 qu'elle lancerait à l'automne sa propre plateforme SVOD. Peacock et HBO Max devraient être lancés auxÉtats-Unis en avril et mai 2020, respectivement.

Disney+ : ce qu’il faut savoir sur le service de streaming de Mickey

Que les fans français se préparent, Disney+ sera disponible à partir du 24 mars 2020 en France et dans plusieurs pays d’Europe. C’est-à-dire une semaine avant sa date de sortie initiale, mais tout de même plus de six mois après sa sortie le 12 novembre dernier aux États-Unis, Canada, Pays-Bas... Il faudra donc encore s'armer d’encore un peu de patience pour pouvoir profiter du catalogue disponible et surtout des productions originales de la plateforme (Star Wars : The Mandalorian…).

Les preuves du succès de Disney+ outre-Atlantique continuent de s'accumuler : l’application a été téléchargée 31 millions de fois au dernier trimestre de l’année 2019 et domine toutes les autres en seulement un demi-trimestre d’activité.

Disney+ prend donc la première place devant Netflix, Amazon Prime Video ou encore Hulu. En effet, d’après l’appréciation globale de la plateforme, celle-ci semble même passée devant ses concurrents américains à hauteur de 76% de satisfaction (cf Variety).

De plus, les premières estimations sur le nombre d'abonnés en Europe sont très bonnes. Le nouveau service de SVOD totaliserait déjà plus de 20 millions de clients chez l'Oncle Sam. Disney+ annonce un départ en trombe et beaucoup plus rapide que celui de son concurrent Netflix à l’époque. 

Disney+ : pourquoi plaît-elle autant ?

La multinationale compte déjà des millions de fans, notamment grâce à :

  • Ses nombreux contenus exclusifs 

7500 épisodes TV et 500 films au lancement : des super-héros Marvel, des séries originales Star Wars, des dessins animés Pixar, l'intégralité des Simpson… De quoi en faire le service vidéo le plus attendu en France aujourd’hui.

  • Ses formules attractives au mois et à l’année 

Deux formules sont proposées : la première à 6,99€ par mois ou alors une autre à 69,99€ par an, soit une économie de deux mois d’abonnement mensuel. Il sera également possible de créer jusqu’à 7 profils différents, pour une utilisation jusqu’à 4 écrans simultanés, et de télécharger les contenus de manière illimitée sur 10 appareils différents.

  • Une interface dynamique « à la Netflix » 

La façon dont le contenu est organisé en lignes défilantes rappelle l’interface de Netflix : fluide et simple d’utilisation pour une meilleure expérience utilisateur.

  • Mais également (et surtout) car ce nouveau service SVOD va réveiller notre âme d’enfant avec ses dessins animés cultes à (re)voir !

À quoi ressemble Disney+ ?

Le service de SVOD Disney+, propose une interface plutôt familière. En haut de celle-ci, on retrouve un carrousel avec une sélection des plus grands succès de Disney (ici, The Mandalorian). En dessous, les contenus catégorisés en 5 mini-chaînes distinctes : Disney, Pixar, Marvel, Star Wars et National Geographic, sont affichés. Sur la page d’accueil, les rangées d'icônes sont regroupées par genre et permettent d'affiner le contenu en fonction des requêtes (ici, on peut remarquer les catégories « recommandé pour vous » et « reprendre le visionnage »).

Sur la gauche de l’interface, on peut également découvrir un menu déroulant où il est possible d’effectuer des recherches, d’avoir une liste des « contenus à regarder » …

En France, Disney+ sera disponible en OTT, c’est-à-dire sur la plupart des téléphones portables et écrans connectés (consoles de jeux, lecteurs multimédias, etc.), mais aussi via les box internet grâce à un partenariat inédit avec Canal+ annoncé le 14 décembre 2019.

Sur le site officiel de Disney+, on peut voir quelques titres de séries, films et émissions qui seront exclusivement sur la plateforme de SVOD.

À l'horizon fin 2020, le service Disney+ aura un outil inédit à sa disposition (en 4K et en HDR), pour repenser la distribution de ses films. Et à long terme, seuls ses titres les plus rentables sortiront au cinéma, tandis que les autres longs-métrages auront vocation à remplir son catalogue en ligne et à attirer bien évidemment de nouveaux abonnés.

Pourquoi ça va tout changer ?

Parce que Disney est reconnue comme la référence sur le marché du divertissement. Le groupe a généré 54 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2018 juste en merchandising et a déjà dépassé les 10 milliards de dollars de recettes au Box-office en 2019. Disney a de quoi investir en profondeur pour proposer de nombreuses créations originales, tout en s'appuyant sur ses acquis (Marvel, Star Wars etc..).

Elle peut proposer une offre nettement moins chère que celles de tous ses concurrents actuels. Elle peut jouer la synergie, puisqu'elle possède déjà une autre plateforme majeure du marché (Hulu), des studios de production performants, une grande chaîne nationale (ABC), la plus grosse chaîne de sport américaine (ESPN)... Autant dire : une offre presque impossible à concurrencer.

Alors, c’est pourquoi le petit nouveau de la SVOD fait autant peur aux géants de la vidéo à la demande, notamment au grand Netflix. En plus de ça, les films et les séries qui viendront remplir le catalogue de Mickey, viendront également vider celui de ses rivaux comme Netflix. En effet, celui-ci est en grande partie constitué de contenus sous licence, "loués" aux studios hollywoodiens historiques.

Quel avenir ?

En définitive, le marché de la vidéo à la demande par abonnement est en pleine expansion et l'entrée de Disney+ sur celui-ci risque d'être décisive pour le secteur du streaming, mais aussi pour l'industrie du divertissement en général. L’échiquier des plateformes de SVOD pourrait encore être bouleversé dans les prochaines semaines. Le premier trimestre 2020 marquera donc l’arrivée de concurrents de taille pour les plateformes historiques. Vont-ils vraiment tout bouleverser ? Pour le savoir, restons connectés…

 

*Source : Médiamétrie