Sport et OTT, résultats et clés du succès

04/12/2018

Depuis la première diffusion numérique à grande échelle du sport, en 2006 lors des JO de Turin à aujourd’hui, les technologies et les habitudes de visionnage ont fondamentalement changées. Du linéaire à l’OTT, quelques conseils pour partir du bon pied.

1. Du linéaire à l’OTT

Aujourd’hui, diffuser un événement sportif est encore et toujours un véritable enjeu, que ce soit à un niveau national ou mondial. Le business model traditionnel du sport est en train de basculer progressivement de la télévision linéaire au numérique via le modèle de l’OTT (Over The Top).

L’OTT ou “télévision par contournement”, désigne les services mettant à disposition des contenus audiovisuels sur Internet, sans passer par les opérateurs de réseau traditionnels. Dans l’OTT on retrouve notamment les différents formats de vidéo à la demande tels que la TVOD (achat à l’acte), la SVOD (par abonnement) et l’AVOD (publicitaire).

Aux Etat-Unis, d'après une étude menée par le Centre pour l'avenir numérique chez USC Annenberg et ThePostGame, 86% des américains s’identifient en tant que « fan de sport » et 24% se disent des « fans passionnés ».

Et surtout, « 63% des ces amateurs de sport sont intéressés pour s’inscrire à une plateforme OTT entièrement sportive ou par des diffusions live ».

Si la demande est au rendez-vous, l’offre doit encore s’organiser. En effet, depuis l'émergence de ce nouveau modèle à la demande, ce ne sont plus uniquement les grandes chaînes et les entreprises dans le sport qui diffusent leur évènements. Les sports de niche trouvent eux aussi leur public avec des services spécialisés (cette notion de sport de niche s’oppose à celle de sport mainstream sur lesquels le nombre de parieurs et les mises sont incomparables, ex le football).

D’après une étude de Performance Communications, 51% des fans de sports de niche les regardent en ligne, en streaming. De plus, la nouvelle génération de spectateurs de sports de niche sont nés à l'ère du numérique (Internet leurs a permis d’explorer ces sports) et sont déjà habitués à consommer les contenus à la demande.

Comment les fans suivent les sports de niche ?

Ainsi, pour acquérir une nouvelle audience, il est stratégique de proposer son programme sportif différemment grâce à l’OTT. Mais les plateformes de VOD permettent aussi de fidéliser ses abonnés sur le long-terme.

En effet, une fois une base d’utilisateur construite sur un service OTT, les plateformes vidéo seront capable de collecter et analyser ses données de visionnage et de vente.

Ces informations donnent aux détenteurs de contenus une meilleure compréhension de leur public et de ses habitudes de consommation. Et donc des clés pour développer sa base utilisateur et la fidéliser.

C’est d’ailleurs grâce à des services de diffusion à moindre coûts, déployables instantanément que les chaînes sportives de tout profil ont pu faire leur place dans le paysage de l’OTT.

2. Jouer sur le bon format de diffusion et de monétisation

Dans le domaine du sport comme les autres niches, l’important est de proposer un contenu frais et exclusif, renouvelé régulièrement qui se démarquera des autres services de VOD, avec une vraie valeur ajoutée pour l’utilisateur final.

Du côté des formats, les services OTT sportifs doivent proposer leurs programmes en live et en replay.

Dans le sport, le live est un format primordial. Les transmissions en direct sont nombreuses et il faut choisir un partenaire fiable pouvant diffuser en temps réel, en haute qualité et sans coupure un événement sportif.

De plus, les fans devront avoir accès à de nombreux  moyens pour “consommer” du sport, à partir de plusieurs angles de caméra à la réalité virtuelle. C’est une tendance amenée par deux avancées principales; tout d'abord, des développements lors de la capture d’action en direct (par exemple, de nouveaux types de caméras ou des dispositifs portables qui enregistrent les données du joueur) et, deuxièmement, l’évolution de la visualisation technologies (par exemple, les téléviseurs connectés, la réalité virtuelle et un deuxième écran).


Les programmes doivent aussi être disponible en replay 24/7 pour que les abonnés puissent accéder au contenu qu’ils désirent, quand ils le souhaitent et sur l’appareil de leur choix (tablette, téléphone, ordinateur, télévision…). C’est à dire être ATAWAD : “Any time, anywhere, any device”.

Le business model de la SVOD avec un abonnement hebdomadaire, mensuel ou annuel est particulièrement bien adapté au domaine du sport, qui acquiert du contenu sur la durée, avec des périodes plus intensives lors de compétitions, concours et autres événements.

Attention cependant, il faut être vigilant à laisser les événements sportifs populaires et occasionnels accessibles au plus grand nombre en proposant des offres “un mois gratuit” par exemple.

On pense notamment à Eurosport qui avait choisi de diffuser une quinzaine de matchs de la Coupe de France uniquement sur son service de SVOD sur internet. La formule à 5,99€ pour un abonnement à l’année ou à 9,99€ pour une formule liberté n'a pas eu le succès attendu  et a soulevé un fort mécontentement de la part des internautes habitués à visionner les matchs gratuitement.

Pour offrir un service vidéo OTT complet et de qualité, il faut aussi se pencher du côté des fonctionnalités comme le choix de transcodage des contenus, les CDN, le multi-écrans, la limitation de visionnage par utilisateur… Qui sont aussi des critères à observer avec attention lors de la sélection de son prestataire technique.


Pour en savoir plus sur comment développer un service vidéo OTT de qualité, téléchargez notre dernier livre blanc  « Guide pratique d’un service vidéo OTT performant ».